Le mascarpone

C’est un fromage italien en provenance des régions de Lombardie et Piémont. À base de lait de vache très riche en graisse, il a l’aspect d’une crème molle et consistante, au goût très doux. Ingrédient de choix de la cuisine italienne, le mascarpone est présent dans de nombreuses recettes sucrées comme salées, notamment dans les desserts, dont le fameux tiramisu. Délices et Gourmandises vous propose une autre utilisation du fromage pour la réalisation de mascarpone glacé.

Le mascarpone glacé

Ci-dessous la liste des ingrédients :
– 250 g de mascarpone
– 3 œufs
– 150 g de cerneau de noix
– 4 cuillères à soupe de sucre
– 1 cuillère à café d’extrait de vanille (ou plus selon votre convenance)
– 1 cuillère à soupe de sucre (pour les noix)
– 2 cuillères à soupe de rhum

La préparation

– Mettez dans un récipient les jaunes d’œuf et ajoutez le sucre (4 c.à.s.). Fouettez jusqu’à l’obtention d’un mélange blanchâtre.
– Fouettez à part le mascarpone et ajoutez-le au mélange. Ajoutez-y le rhum et l’extrait de vanille.
– Battez les blancs en neige et ajoutez délicatement à la préparation.
– Au robot, hachez grossièrement les noix. Prenez une poêle antiadhésive et faites-les chauffer à sec. Surveillez de près, car cela brule très vite. Ensuite, ajoutez le sucre en remuant très rapidement jusqu’à caramélisation.
– Pour arrêter la cuisson, étalez rapidement les noix caramélisées sur un plat froid ou une plaque et laissez refroidir pendant quelques minutes. Après avoir séparé les noix caramélisées à la fourchette, ajoutez-les à la préparation.
– Versez cette préparation dans le moule et mettez-la 12 h au congélateur.
– Vous pouvez doubler les quantités et varier les parfums (cacao, whisky, noisettes, amandes, cerises, crème de marrons, kirsch…).
C’est une excellente recette pour le réveillon de la fin d’année et d’autres occasions.

Publicités

Comment bien choisir sa margarine ?

Nous sommes dans l’embarras quand il faut choisir une margarine au supermarché ou chez l’épicier. Bio, anticholestérol, spéciale cuisson ou tartine, enrichie en oméga 3, light…Quelles sont celles qui nous apportent une alimentation saine et celles à éviter ? Délices et gourmandises vous donne quelques conseils pour bien choisir la margarine.

Quelle est la composition de la margarine ?

La margarine avait été mise au point en 1869, elle était composée de lait, de graisse de bœuf et d’eau. Le mélange ressemblait à une émulsion blanche. Actuellement, 80% de graisses végétales (provenant de diverses huiles : palme, colza, olive…) et 20% d’eau constituent la margarine. Parmi les additifs, celui qui donne sa couleur jaunâtre est le bêtacarotène pour rendre son aspect beaucoup plus attirant.

Faut-il privilégier la margarine bio ?

La margarine biologique est meilleure pour la santé, car elle n’est pas hydrogénée. Dans les produits classiques, l’hydrogène est utilisé pour solidifier les graisses. Pourtant, cette action crée des graisses « trans » qui sont néfastes pour la santé. Les graisses utilisées dans les margarines « bio » sont semi-solides comme la graisse de coco, de palme…Toutefois, il est à noter que ces dernières contiennent des acides gras saturés favorisant les dépôts de cholestérol dans les artères. Mais les « trans » sont encore mauvaises que ces graisses. Néanmoins, il ne faut pas les négliger et si possible choisir les margarines bio qui en contiennent le moins possible.

Faites attention aux margarines anticholestérol !

Leurs fabricants avancent que certaines margarines diminueraient le taux de mauvais cholestérol (LDL) de 10 à 15% en 3 semaines. La preuve est la suivante : d’abord elles renferment des substances appelées stanols et stérols végétaux qui bloquent partiellement l’absorption du cholestérol. Ensuite, l’effet sur celui-ci est considérable, car elles sont pauvres en graisses saturées (si on les utilise à la place du beurre qui en contient abondamment). Si l’action anticholestérol de certaines margarines est prouvée selon un médecin nutritionniste leurs effets sur le long terme sont inconnus. Ainsi, mieux vaut être prudent si aucune étude n’a démontré que ces margarines « anticholestérol » seraient capables de diminuer le risque de maladies cardiovasculaires.

Choisissez les margarines dites « anticholestérol » qui contiennent moins de graisses « trans » et saturées, car ce sont des mauvaises graisses pour l’organisme.

Consommez quotidiennement entre 20g et 40g sous contrôle médical.

Elles sont destinées aux personnes ayant un taux de mauvais cholestérol un peu élevé.

Elles ne sont pas efficaces pour prévenir la hausse du taux de cholestérol.

Les margarines aux « phytostanols » ou « phytostérols » sont déconseillées chez la femme enceinte, allaitante, et les enfants de moins de 5 ans.

Margarines : Evitez les hydrogénées !

Evitez la margarine contenant des graisses hydrogénées ou partiellement hydrogénées car celles-ci sont mauvaises pour la santé. Lors de l’hydrogénation (ajout d’hydrogène dans l’huile végétale pour la solidifier et obtenir de la margarine), une partie des acides gras polyinsaturés se modifient en acides gras trans. En effet, ces « trans » font grimper le taux de cholestérol dans le sang selon un nutritionniste. La consommation d’acides gras trans devrait représenter moins de 2% des graisses absorbées quotidiennement selon l’Anses.

Selon l’UFC Que Choisir, les margarines Leader Price et Dia ne sont pas recommandées, car elles contiennent des graisses partiellement hydrogénées.

Qu’en est-il des margarines aux omégas 3 ?

La plupart des margarines se vantent d’être « enrichies en oméga 3 » pour la santé du cœur.

Un médecin nutritionniste conseille de chercher l’oméga 3 dans une alimentation variée plutôt que dans des margarines dont on ignore les conséquences sur le long terme. Une étude menée auprès de 4837 patients âgés entre 60 et 80 ans a prouvé que la prise quotidienne de margarine enrichie en oméga 3 n’avait pas d’impact sur le risque d’accident cardiaque. En outre, privilégier les margarines pour avoir un apport suffisant en oméga 3 n’est pas évident vu la cherté. Si 2 cuillères à soupe d’huile de colza couvrent 90% de nos besoins quotidiens en oméga 3, pour avoir le même apport il faut consommer 100g de margarine.
Choisissez les margarines en tenant compte du rapport oméga 3/oméga 6. Ce dernier doit être inférieur à 5 (on ne devrait pas consommer plus de 5g d’oméga 6 par jour pour 1g d’oméga 3 consommé)

Il est à noter que sur l’étiquette, l’oméga 3 est indiqué sous l’appellation « acides gras polyinsaturés ».

Et les margarines allégées ?

En général, elles sont deux fois moins caloriques, car elles contiennent plus d’eau que les margarines classiques. En guise d’illustration, pour 100g de Primevère Double effet extra léger vous consommerez 224 calories contre 498 avec Primevère Double effet. Néanmoins, ces valeurs peuvent changer selon les marques. Il suffit de bien observer les étiquettes.

Mettez un peu de margarine au fond d’une poêle ou d’un plat, ou une petite noisette dans le riz ou les pâtes.

Cuisson ou tartine ?

On peut chauffer une margarine spéciale cuisson. Elle s’utilise également pour les tartines. Ce sont celles à base d’huile de tournesol ou d’olive.

Des huiles végétales qui ne supportent pas la chaleur entrent dans la composition d’une margarine conseillée pour les tartines. Il faut éviter de la chauffer sinon il se dégage une fumée noire toxique pour l’organisme. En outre, lors de la cuisson à la poêle, leur importante teneur en eau peut provoquer des projections.

Faut-il favoriser les marques ?

Pour obtenir la qualité, il est inutile de privilégier les marques célèbres de margarines. Un médecin spécialisé en nutrition affirme qu’il est certain que les marques des distributeurs peuvent être moins strictes concernant les teneurs qualitatives, mais qu’il leur ferait quand même confiance. D’ailleurs, l’UFC Que choisir a classé en 3ème position une margarine Casino et en dernier rang Bridelight.

Choisissez une margarine avec une teneur en acides gras polyinsaturés (oméga 3) élevée. Quant aux acides gras saturés et trans, sa teneur doit être la plus basse.

Comment préparer des madeleines de Commercy traditionnelles

C’est toujours un plaisir de déguster des madeleines de Commercy ! Que ce soit à l’heure du café ou celle du goûter. C’est une recette traditionnelle qui a comme ingrédients de base des œufs, du sucre, de la farine, un zeste d’orange et du beurre. Si vous n’avez pas encore essayé cette recette, il est grand temps, et elle est très facile à réaliser ! Vous pourrez faire plaisir à vos enfants ou à vos invités, en particulier aux amateurs de délices sucrés, en leur faisant déguster cette gourmandise.

Pour des madeleines de Commercy traditionnelle pour 6 personnes, voici les ingrédients

– 4 œufs
– 125 g de sucre
– 125 g de farine
– 1 zeste d’orange râpée ou quelques gouttes de fleurs d’oranger
– 125 g de beurre

Suivez minutieusement les étapes suivantes afin de bien réussir vos madeleines de Commercy

– Pour pouvoir bien tiédir le beurre, mettez-le au bain-marie.

– Choisissez une terrine dans laquelle vous mélangez le sucre avec les jaunes d’œufs.

Quand le beurre est bien ramolli, ajoutez-le au mélange. Prenez le soin de tourner longtemps le mélange jusqu’à obtention d’une consistance bien « blanche ».

– Avant de les rajouter à la pâte, battez d’abord en demi-neige les blancs d’œufs. Veillez ensuite à intercaler d’une cuillère de farine chaque cuillère de blanc d’œuf.

– Quand vous aurez bien suivi les étapes précédentes, prenez maintenant le zeste d’orange pour bien parfumer le tout.

– Versez ensuite la pâte dans les petits moules que vous aurez bien pris soin de beurrer.

– Pour une cuisson bien réussie des madeleines de Commercy, deux étapes sont à suivre : enfournez d’abord les madeleines pendant 5 minutes à four doux et ensuite augmentez la température du four et laissez-les cuire pendant 10 à 15 minutes (à four chaud).

Réaliser facilement des biscuits palmiers

Ce petit biscuit enroulé est très facile à réaliser, vous pouvez les réaliser en quantité ou tout simplement pour finir vos restes de pâte feuilletée. Nous proposons ici une recette de base simple que vous adapterez à la quantité d’ingrédients présents ainsi qu’à votre goût.

4 ingrédients suffisent

Cela se voit : le palmier tire son nom de sa forme qui ressemble aux feuilles de ces arbres, mais il se distingue aussi par sa belle couleur dorée. Ainsi, ces biscuits croustillants font la joie des amateurs de douceurs, au dessert aussi bien qu’à l’heure du goûter. Ils se dégustent seuls ou avec une glace. Il suffit de quelques ingrédients simples pour régaler votre maisonnée.

Pour réaliser des palmiers pour 8 personnes, vous aurez besoin de :
– 30 g de beurre
– 50 g de sucre
– 1 jaune d’œuf

Une demi-heure et c’est prêt

– Il faut sortir la pâte du réfrigérateur et la réserver à température ambiante quelques heures avant de commencer.
– Une fois prête, étalez-la sur le plan de travail fariné à l’aide d’un rouleau. Saupoudrez de sucre.
– Repliez chaque côté vers le centre puis étalez à nouveau au rouleau.
– Couvrez la pâte du beurre préalablement fondu à l’aide d’un pinceau.
– Enroulez chaque côté de la pâte vers le centre afin d’obtenir une sorte de boudin.
– Mettez au frais quelques minutes afin que la pâte se raffermisse.
– Préchauffez le four à 180 °C.
– Découpez le rouleau de pâte en tranches d’un demi-centimètre d’épaisseur.
– Disposez les tranches dans sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé. Badigeonnez-les avec le jaune d’œuf pour un rendu bien doré après cuisson.
– Enfournez pendant 15mn environ.

Et voilà, c’est prêt. Pour ceux qui n’ont pas le temps ou qui ont peur de rater leurs biscuits, Délices et Gourmandises propose les palmiers au beurre, dorés et croustillants.

Essayez cette délicieuse recette de bouchées aux noix

Si vous manquez d’inspiration pour le dessert, Délices et Gourmandises vous propose cette surprenante et savoureuse recette de bouchées aux noix. Ces petites douceurs feront le bonheur de toute la famille avec son agréable goût de noix. Idéal pendant la période des fêtes de fin d’année, mais aussi les autres jours !

Les ingrédients à préparer pour 6 personnes

Pour les bouchées
– 250 g de beurre
– 125 g de sucre poudre
– 1 sachet de sucre vanillé
– 1 pincée de sel
– 2 gouttes d’arôme amande amère
– 4 œufs
– 250 g de farine
– 2 cuillérées de levure chimique
– 125 g de noix en poudre

Pour le glaçage
– 300 g de sucre glace
– 1 cc de café soluble
– 250 g de noix

Les étapes de la préparation

Commençons par les bouchées.
– Préchauffer le four à 200 °C (Th 6-7).
– Mélangez le beurre ramolli, le sucre, le sel ainsi que l’arôme amande amère.
– Intégrez les œufs un par un au mélange précédent.
– Tamisez la farine, puis ajoutez-la à la préparation, suivie de la levure et de la noix en poudre.
– Beurrez un plat ou tapissez-le de papier sulfurisé.
– À l’aide d’une petite cuillère, confectionnez de petites boules de pâte à déposer sur le plat sans trop les aplatir (environ 1,5 cm d’épaisseur).
– Enfournez et laissez cuire pendant environ 20 min.
– Démoulez vos bouchées et laissez-les refroidir sur une grille.

Passons maintenant au glaçage
– Mélangez le café à 4 cuillérées à soupe d’eau chaude jusqu’à dissolution complète.
– Ajoutez le sucre glace et mélangez soigneusement.
– Plongez les bouchées dans le mélange obtenu.

– Laissez durcir quelques minutes, puis décorez chaque bouchée avec un cerneau de noix.

Pour varier les plaisirs, Délices et Gourmandises vous conseille d’utiliser de la poudre d’amande et des amandes effilées au lieu des noix en poudre. D’autres variantes sont possibles avec de la poudre de noisette (mais en supprimant l’amande amère) ou de la noix de coco (dans ce cas, optez pour un glaçage au chocolat plutôt qu’un glaçage au café). De nombreuses possibilités existent pour satisfaire tous les goûts !

Comment conserver la fraîcheur de ses croquettes et friandises ?

La durée de conservation des croquettes, tout comme celle des friandises, dépend essentiellement de ses ingrédients, de son emballage et des conditions de stockage. Les Délices et gourmandises vous livre les techniques et les astuces de conservation pour qu’ils ne perdent pas leur appétence.

Les précautions à prendre pour conserver au mieux les croquettes et les friandises

L’humidité et les changements de température constituent les principaux ennemis des croquettes. La cristallisation du sucre vient s’y ajouter pour les friandises comme les caramels, bonbons et chocolats. Ainsi, il est essentiel de les mettre à l’abri de ces éléments pour leur permettre de préserver toutes leurs qualités et fraîcheurs.

À cet effet, il est indiqué de les conserver dans leurs emballages d’origine, puis de les stocker dans un endroit sec et frais. Il est aussi possible de les placer dans des boîtes ou containers adaptés. Un large éventail de boîtes hermétiques ou d’emballages isothermes, de taille variable, est aujourd’hui disponible dans le commerce et sur des sites de vente en ligne.

Dans ces conditions, les croquettes et friandises pourront se conserver plus longtemps : entre six et neuf mois pour les bonbons gélifiés, les caramels et les gommes à mâcher. En ce qui concerne le cas des chocolats, pour éviter qu’ils fondent par temps très chaud, ils peuvent exceptionnellement se conserver au réfrigérateur. Toutefois, pour éviter toute prise d’odeurs et d’humidité, il est impératif de les enfermer dans une boîte hermétique. Il faudra les sortir du réfrigérateur 15 à 30 minutes avant leur dégustation.

Des croquettes ou des friandises périmées ou altérées, un risque pour la santé

La consommation de croquettes ou de friandises altérées est dangereuse pour la santé, tout comme leur consommation au-delà de la date de péremption mentionnée sur l’emballage. En effet, en plus de perdre en appétence, l’aliment risque de développer des microbes qui peuvent vous rendre malade. Surtout, évitez d’en manger si l’aliment présente des moisissures ou si le goût ou la couleur sont altérés. Aussi, pensez à toujours conserver l’emballage d’origine du produit et à vérifier à chaque fois que la date de péremption n’est pas dépassée.

Comment conserver les fruits et légumes ?

La conservation des fruits et légumes pose toujours un problème pour certaines personnes. Par exemple, elles rangent les tomates dans le réfrigérateur et laissent les champignons sur la table de la cuisine, ceci est à éviter.

Il est à noter que la plupart des fruits et légumes produisent de l’éthylène, un catalyseur responsable de la maturation des fruits. Ainsi, il est nécessaire de ne pas les mettre dans un même bac mais de les séparer. Délices et Gourmandises vous a préparé une liste détaillée pour bien conserver vos fruits et légumes.

Voici la liste des fruits et légumes et leur mode de conservation.

A température ambiante et au frigo:

– Agrumes : Ils sont faciles à stocker grâce à leur peau épaisse. Ils seront frais pendant 2 semaines au frigo ou 1 semaine à température ambiante.
– Ananas : à conserver sur la table jusqu’à ce qu’il soit mûr. Après, vous pouvez le garder au frigo jusqu’à 5 jours.
– Ail : se garde à température ambiante. La durée de conservation des têtes d’ail est de 3 à 5 semaines. Les gousses se conserveront environ 10 jours une fois séparées.
– Avocats : La température ambiante leur convient. Pour accélérer la maturation, placez-les dans un sac en papier avec une banane, sinon au frigo.
– Bananes : Comme elles produisent plus d’éthylène, il est essentiel de les séparer des autres produits. Conservez-les à température ambiante. Laissez-les au frigo, dans un sachet hermétique, si elles commencent à être trop mûres. La peau aura tendance à noircir mais le fruit restera intact.
– Courges : La température ambiante est suffisante
– Kiwis : Les faire mûrir dans un sac en papier avec une banane ou une pomme, ensuite garder dans un sac en plastique au frigo jusqu’à une semaine.
– Melons : conservez-les dans un sac en papier avec une banane ou une pomme pour les faire mûrir, puis dans un sac en plastique au frigo jusqu’à environ une semaine.
– Noix, noisettes, amandes : placez-les dans un lieu frais, aéré et sec pour éviter les pourritures.
– Oignons : un endroit frais, aéré et sec leur convient. Il ne faut jamais les mélanger avec les pommes de terre pour les conserver jusqu’à 2 ou 3 mois.
– Patates douces : Gardez-les dans un lieu frais, aéré et sec. Ainsi elles dureront 2 à 3 mois. A température ambiante, elles se conserveront une semaine.
– Pêches, prunes, abricots, nectarines : mettez-les à température ambiante jusqu’à ce qu’ils mûrissent, et ensuite placez-les dans des sacs en plastique au frigo. Ces fruits se conservent 3 à 5 jours. Ils se lavent seulement avant la consommation.
– Poires : laissez-les à température ambiante si elles ne sont pas mûres, ensuite dans un sac en plastique au frigo ; elles se conserveront une semaine.
– Pommes de terre : Dans un lieu frais, sec et aéré, la durée de conservation est de 2 à 3 mois. Evitez de les mettre avec les oignons.
– Tomates : Placez-les à température ambiante. Evitez de les garder dans un sac fermé car l’éthylène fera pourrir tout le contenu du sac. Consommez-les à température ambiante.

Au frigo :

– Asperges : Enveloppez les asperges fraîches avec un linge humide et du papier aluminium. Elles se conserveront pendant 1 à 2 jours. Il est quand même conseillé de les consommer tout de suite.
– Aubergines : Mettez-les dans un sac en plastique au frigo.
– Chou-fleur, chou, brocoli : Emballez-les et placez-les au frigo. Ne les lavez pas avant de consommer.
– Cerises : gardez-les dans un sac en plastique, et laissez-les au frigo. Lavez-les seulement avant de les manger.
– Champignons : Conservez-les environ une semaine dans un sac en papier au frigo. Lavez-les avant de les manger.
– Châtaignes et marrons : mettez-les dans un sac en papier au frigo durant 4 à 7 jours.
– Concombres : gardez-les au frigo dans un sac en plastique. Lavez-les avant de consommer.
– Courgettes : Conservez-les au frigo dans un sac en papier. Lavez-les seulement avant utilisation.
– Fraises : Emballez-les et mettez-les au frigo durant 4 à 7 jours.
– Haricots (verts, beurre) : Laissez-les dans un sac en plastique au frigo. Ne les lavez pas avant utilisation.
– Salades, laitues, pousses d’épinards : Lavez-les, mettez-les dans du sopalin ensuite placez le tout dans un sac en plastique.
– Navet : Conservez au frigo dans un sac en plastique pendant 7 jours.
– Poireau : Gardez au frigo dans un sac en plastique pendant 7 jours.
– Pommes : Lavez-les seulement avant de les manger. Laissez-les au frigo dans leur emballage. Ne les mettez pas près d’autres fruits et légumes car elles dégagent beaucoup d’éthylène.
– Raisins : Conservez-les au frigo dans un sac en plastique troué pour la circulation de l’air. Lavez-les seulement avant de les manger.
Dans le bac à légumes :
– Artichauts : Gardez-les dans un sac en plastique dans le bac à légumes. Mettez-les à température ambiante jusqu’à ce qu’ils s’ouvrent si vous souhaitez les faire mûrir.
– Carottes : Nettoyez-les et retirez les fanes (coupez à environ 1 cm), emballez-les dans du sopalin, ensuite mettez-les dans un sachet hermétique dans le bac à légumes.
– Céleri : Lavez-le et emballez-le dans du sopalin et dans du papier aluminium.
– Endives : Retirez les feuilles souillées, emballez-les dans du papier absorbant, ensuite conservez-les dans un sac en papier
– Litchis : gardez-les dans un sac en plastique troué dans le bac à légumes. Ils se conservent 4 à 7 jours.
– Maïs : Laissez les épis avec leurs feuilles au frigo. Pour les épis sans feuilles, emballez-les dans du papier aluminium.
– Poivrons : Se conserve dans un sac loin des autres produits car ils produisent beaucoup d’éthylène.
– Radis : Coupez les fanes et conservez-les dans le bac à légumes comme les carottes.

Le Tiramisu à la pêche et aux spéculoos, une recette rafraichissante pour l’été

Avec l’arrivée des beaux jours, les fruits frais et parfumés qui embellissent les étals ne manquent pas d’inspirer les plus gourmets d’entre nous. Pourquoi ne pas essayer une recette de tiramisu inratable qui allie saveur et fraicheur ?

Un zoom sur les origines du tiramisu

La version officielle indique que le tiramisu a été créé dans le restaurant « El Toulà », à Treviso, une ville de la Vénétie. Comme le restaurant était situé à proximité d’une maison de prostitution dont les clients avaient besoin de reprendre des forces, le chef aurait préparé ce dessert pour répondre à leurs attentes. Le nom « tiramisu » (remonte-moi en français) veut dire « se remettre ».

D’autres régions comme la Toscane et le Piémont revendiquent également l’invention de ce dessert qui a suscité un véritable engouement depuis quelques années. Les premiers ont déclaré que le Tiramisu a été préparé pour honorer Cosme de Médicis, en visite dans la ville de Sienne. Les Piémontais, quant à eux, que ce dessert aurait été créé à l’époque où le compte de Cavour Camillo Benso avait tenté de réunifier l’Italie.

Une préparation facile qui ne nécessite pas de cuisson

Pour préparer un tiramisu à la pêche et aux spéculoos pour 6 personnes, il vous faut 6 œufs, 100 g de sucre, 375 g de mascarpone, 10 pêches jaunes, 10 cl de pur jus d’orange, 25 spéculoos et une pincée de sel fin.

Découvrez les différentes étapes de préparation avec Délices et Gourmandises : pelez, dénoyautez et détaillez les pêches en petits dés. Avec l’aide d’un robot, réduisez les spéculoos en chapelure. Utilisez une partie des biscuits en poudre pour garnir le fond de six verres, puis, arrosez avec le pur jus d’orange. Continuez avec une couche de morceaux de pêches.

Préparez la crème en blanchissant les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à obtention d’une mousse blanche. Rajoutez le mascarpone et continuez à fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène et bien lisse. Dans un autre récipient, battez les blancs d’œufs en neige avec la pincée de sel. Utilisez une spatule pour mélanger délicatement, sans fouetter, les blancs en neige avec la crème.

Recouvrez le contenu des verres avec cette crème et laissez reposer au réfrigérateur pendant 4 heures. Décorez les verres avec le reste des morceaux de pêches et la chapelure de spéculoos avant de servir.